Le programme « les Mots de la ville » (1995-2010), par Christian Topalov

Le programme de recherche « Les mots de la ville » a été initié en 1995 par le Programme interdisciplinaire de recherche « Villes » du CNRS (PIR-Villes) à l’initiative de Francis Godard. Il a bénéficié dès l’origine du soutien de l’UNESCO (programme MOST- Management of Social Transformations), en dialogue avec Germán Solinís.  Il a été d’abord domicilié à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence. De 1998 à 2004, le support institutionnel du programme a été le GDR 1554 du CNRS, « Les mots de la ville ».

L’objet du programme était énoncé ainsi : «  Il étudie les systèmes lexicaux en usage dans divers registres de langue pour nommer la ville et ses territoires. Il prend en compte la longue durée et s’intéresse à différentes aires linguistiques. Il privilégie le comparatisme, à l’intérieur d’une langue et d’une langue à l’autre. Son angle d’approche – la ville à travers ses mots – diffère de celui des analyses urbaines les plus répandues, comme d’une démarche strictement linguistique : les chercheurs appartiennent à diverses disciplines, parmi lesquelles l’anthropologie, la géographie, l’histoire, l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme, la socio-linguistique et la sociologie. Il fédère douze réseaux : Afrique, Allemagne, Amérique latine, Amérique du Nord, Chine, Espagne, Inde, Italie, Japon, Monde arabe, Russie, Tchéquie. » Chacun de ces réseaux bénéficiait de l’activité de chercheurs des pays concernés et du soutien d’institutions scientifiques de ces pays.

Un premier séminaire international s’est tenu à Paris au ministère de la Recherche en octobre 1995 pour lancer le programme. Un second, rassemblant quatre-vingt chercheurs à l’UNESCO et à l’EHESS en décembre 1997, a permis, à la suite d’un appel international à propositions de recherche, de définir les grands chantiers thématiques du programme qui firent l’objet d’autant d’ateliers : « les catégories de l’urbain », « divisions de la ville », « nommer les nouveaux territoires urbains », « vocabulaires de la stigmatisation urbaine », « registres socio-linguistiques et production langagière urbaine », « plurilinguisme et création lexicale en ville » – d’autres ateliers abordant surtout des questions de méthode : « les mots de la ville dans les cartes », « les dictionnaires comme sources et comme produits », « langues savantes, langues techniques ». Un troisième séminaire international fut réuni à l’EHESS en juin 1999 pour partager de premiers résultats. De 1998 à 2008, un séminaire bi-mensuel de l’EHESS servit de place centrale au programme : des dizaines de chercheurs venus de divers pays et d’étudiants y contribuèrent.

De 1997 à 2003, parurent cinq « Cahiers des Mots de la ville », principalement réalisés par les réseaux de langues. En 1999, les Editions de la Maison des sciences de l’homme (Paris) créèrent une collection « les Mots de la ville », sous la direction de Jean-Charles Depaule et Christian Topalov, qui a publié quatre titres à ce jour en co-édition avec l’UNESCO et en prépare d’autres.

L’ensemble du programme bascula ensuite vers l’élaboration de ce qui devait paraître sous le titre L’Aventure des mots de la ville, mais fut longtemps appelé « le Trésor ». Après que furent choisies les langues sur lesquelles porterait la recherche, puis la liste provisoire des entrées, la rédaction des notices fut entreprise en juillet 2000 en s’appuyant sur une « charte » communiquée aux auteurs. L’ouvrage achevé fut remis à l’éditeur en juin 2008 et sortit des presses en septembre 2010.

Au cours de la quinzaine d’années de son existence, le programme « les Mots de la ville » a bénéficié de l’appui financier ou logistique de nombreuses institutions, tout particulièrement : le département des sciences humaines et sociales du CNRS, le programme MOST de l’UNESCO, le ministère de la Recherche (Action incitative « Ville »), la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris), la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence), l’Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris), l’Ecole française de Rome, l’UMR Cultures et sociétés urbaines (CNRS-Paris 8), le Laboratoire d’anthropologie urbaine (CNRS-EHESS), l’université de Campinas (Brésil, SP), la Casa de Velázquez (Madrid), la Hochschule für Bildende Künste (Hambourg), l’Institut d’urbanisme de Paris (Université de Paris 12 Val-de-Marne), l’Università degli Studi di Napoli « Federico II ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *