« L’Aventure des mots de la ville. À travers le temps, les langues, les sociétés » : le livre, par Christian Topalov

"L'Aventure des Mots de la Ville"

Ce gros livre n’est pas tant un dictionnaire qu’un guide de voyage, une invitation à de multiples cheminements dans les villes et dans les mots, dans le temps, les langues, les sociétés urbaines. Il est constitué de quelque 260 articles écrits par 160 auteurs, qui étudient les mots à l’aide desquels on parle aujourd’hui des villes dans sept langues européennes – l’allemand, l’anglais, l’espagnol, le français, l’italien, le portugais, le russe – et, en outre, l’arabe, langue d’un monde dont les interactions avec l’Europe ont toujours été intenses. Des variantes américaines de ces lexiques sont aussi étudiées (Etats-Unis, Québec, Brésil, Amérique hispanophone).

Nous racontons dans ce livre les aventures des mots. Ils voyagent dans le temps en changeant de sens souvent sans changer de forme et ces changements font partie de l’histoire sociale des villes, qu’ils permettent d’observer de façon originale. Les mots voyagent aussi dans l’espace, parfois d’une langue à l’autre, ils font des allers et des retours. Les recherches érudites qui permettent de reconstituer ces histoires sont pleines de découvertes surprenantes, parfois désopilantes : ceux qui utilisent les mots, et ainsi les recréent sans cesse, se jouent des héritages, des concepts, des étymologies.

N’attendez pas ici des définitions justes, encore moins une étude des jargons de spécialistes : ce qui nous intéresse, c’est la façon dont sont effectivement utilisés les mots de tous les jours. Ceux qui permettent aux gens – de Rio ou de Tunis, de Londres ou de Naples, de Paris ou de Marseille – de parler dans leur ville et de leur ville – pour la dire, mais aussi pour la changer.
Vous y découvrirez comment le mot « place » ou « Platz » est apparu bien après qu’existent dans les villes françaises ou allemandes des espaces nommés de cette façon aujourd’hui, et comme le « plaza » de l’espagnol en est venu à désigner aux Etats-Unis un espace couvert au pied d’un gratte-ciel new-yorkais ou une zone de péage sur une autoroute. Vous comprendrez pourquoi Balzac évoque un « immeuble » parisien qui était composé d’une « maison » et d’un « jardin »  et comment il se fait qu’en Angleterre on appelle parfois « square » des espaces découverts qui sont ronds. Vous observerez les voyages du mot arabe « funduq » vers l’italien « fondaco », ou de « r’bat » vers l’espagnol « arrabal » et le portugais « arabalde ». Vous verrez comment le mot « quartier » se trouve aujourd’hui utilisé dans la phrase « les quartiers ont envahi le centre » ou « se sont enflammés la nuit dernière ».

Ces étrangetés méritent attention, car elles ont chaque fois une signification : au fil de l’histoire et des situations, les gens s’emparent des mots pour leur donner un sens que n’ont pas toujours prévu ou prescrit les fabricants de dictionnaires. Plus tard, beaucoup plus tard en général, ceux-ci finissent par enregistrer les nouveaux usages. Mais, déjà, les mots ont poursuivi leur chemin…

L’ouvrage a été préparé sous la direction de Christian Topalov (sociologue, CNRS et EHESS), Laurent Coudroy de Lille (géographe, Université de Paris-Est), Jean-Charles Depaule (anthropologue urbain, CNRS) et Brigitte Marin (historienne, Université de Provence). Ils ont réuni des équipes de chercheurs dans chacune des aires linguistiques concernées, provenant de disciplines variées : de l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme à la linguistique, en passant par la géographie humaine, l’histoire sociale ou les études littéraires. Jeunes chercheurs à la pointe de la recherche et grands noms des études urbaines ont, dans chaque pays, conjugué leurs talents. Près de dix ans de travail ont été nécessaires, avec l’appui du CNRS et de diverses institutions savantes de par le monde, pour aboutir à cette somme quasi-encyclopédique de savoirs sur les villes et sur les langues.

Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule, et Brigitte Marin